Que s'est-il passĂ© en France en 2020 ? – CENTURY 21 LB Immobilier – Agence immobiliĂšre Ă  MAISONS ALFORT
Bienvenue chez CENTURY 21 LB Immobilier, Agence immobiliĂšre MAISONS ALFORT 94700

Que s'est-il passé en France en 2020 ?

Publiée le 14/01/2021

Que s'est-il passé en France en 2020 ?

 
 

Par Christel Villedieu - Publié le 04/01/2021 - Mis à jour le 04/01/2021

 
 
 

Le marchĂ© de l’immobilier ancien : « miraculĂ© »

 

AprĂšs huit semaines d’arrĂȘt du marchĂ© lors du 1er confinement, se sont rajoutĂ©es quatre semaines de ralentissement du 30 octobre au 28 novembre (date de rĂ©ouverture des agences et de reprise des visites).

ArithmĂ©tiquement, l’activitĂ© immobiliĂšre aurait dĂ» enregistrer une baisse de ‐25% en 2020. Et pourtant, au terme de cette annĂ©e tourmentĂ©e, le nombre de ventes au niveau national ne recule que de ‐12,1% dans le RĂ©seau CENTURY 21, sociĂ©tĂ© du groupe Nexity. ComparĂ© Ă  d’autres secteurs Ă©conomiques, le marchĂ© immobilier de l’ancien fait figure de miraculĂ©.

 

Un phénomÚne de rattrapage a été observé durant les mois qui ont suivi le 1er déconfinement, quand les projets mis en suspens en mars se sont additionnés à ceux qui ont émergé pendant ces huit semaines.

Juin et juillet ont Ă©tĂ© des mois records en termes d’activitĂ©.

 

Ce phĂ©nomĂšne de retenue n’a pas Ă©tĂ© constatĂ© au second confinement. Les Français dans leur grande majoritĂ© ont continuĂ© de travailler, les ventes initiĂ©es avant fin octobre ont pu aboutir ‐les compromis pouvant ĂȘtre signĂ©s‐, l’engorgement a donc Ă©tĂ© moins important.

 

En France

« Soutenue par des taux bas, la demande est demeurĂ©e extrĂȘmement vigoureuse en 2020 se portant majoritairement sur les maisons. »

 

Sur l’annĂ©e, le nombre de transactions n’a reculĂ© que de ‐6,5% sur les maisons (versus ‐22,3% pour les appartements).

 

Les tensions entre l’offre et la demande se sont traduites par une progression des prix, plus forte pour les maisons (+4,1%) que pour les appartements (+1,2%).

 

Sur ces deux segments, le prix moyen au mÂČ atteint en 2020 un record historique : 2193€ le mÂČ pour les maisons et 3682€ le mÂČ pour les appartements.

 

Cette Ă©volution des prix s’observe Ă©galement dans le montant moyen d’une acquisition. En 2020 ces montants moyens franchissent un nouveau palier : 248 437€ pour une maison, 215 763€ pour un appartement.

 

Effet du confinement, sans doute : les Français achĂštent plus grand, jamais la superficie moyenne d’une acquisition n’a Ă©tĂ© aussi importante (116,9mÂČ pour une maison et 58,7mÂČ pour un appartement).

 

Pour financer ces achats, tous les paramĂštres du crĂ©dit sont optimisĂ©s : la durĂ©e des prĂȘts est au plus haut (21 ans en moyenne) et le financement par emprunt reprĂ©sente dĂ©sormais 80,5% de la somme globale investie.

 

Dans ce contexte, une catĂ©gorie socioprofessionnelle est particuliĂšrement Ă  la peine : les employĂ©s/ouvriers voient leur proportion parmi les acquĂ©reurs reculer de ‐6,1%. Les grands gagnants sont les + de 60 ans dont la part augmente de +7,2% (ils reprĂ©sentent, Ă  eux seuls, 17,9% des transactions en 2020).

 

Enfin, si l’acquisition au titre d’investissement locatif a baissĂ© au 1er semestre, le second semestre a sur‐corrigĂ© la tendance, et en 2020 le placement reprĂ©sente au global 29,4% des transactions rĂ©alisĂ©es, un niveau sans prĂ©cĂ©dent France entiĂšre (pour comparaison, en 2017, il n’était que de 17,4%).

 

A Paris

« A Paris, les prix ont continuĂ© de grimper (+5,3% en 2020). Le prix moyen au mÂČ atteint 10 599€, Ă©tablissant un nouveau record. »

 

La tendance du dernier trimestre laisse cependant envisager qu’un plafond a Ă©tĂ© atteint et la progression des prix parisiens semble s’enrayer.

 

Sur l’annĂ©e, le nombre de ventes chute de ‐35,4%. Les raisons tiennent Ă  des niveaux de prix trĂšs Ă©levĂ©s, mais Ă©galement au fait que la reprise d’activitĂ© n’a pas Ă©tĂ© aussi prononcĂ©e Ă  Paris que sur le reste du territoire. Une partie des Parisiens, confinĂ©s Ă  la campagne, ne sont retournĂ©s dans la Capitale que vers mi‐juin enclenchant plus tardivement leur projet immobilier.

 

Le montant moyen d’une acquisition parisienne est dĂ©sormais de 548 950€, en hausse dans la mesure oĂč le prix moyen au mÂČ augmente mais aussi parce que la superficie moyenne progresse (+3,8mÂČ en 2020) pour s’établir Ă  53,1mÂČ (un autre nouveau record). Quitte Ă  vivre et Ă  travailler chez soi, autant que le domicile soit le plus grand possible !

 

Pour financer cette acquisition, les Parisiens allongent la durĂ©e de leur prĂȘt (21,6 ans en moyenne) et augmentent la quotitĂ© de financement par emprunt (72,5% en 2020 versus 67,8% en 2019).

 

Ces niveaux de prix excluent du marchĂ© les mĂ©nages les moins fortunĂ©s, et la part des employĂ©s‐ouvriers s’écroule : ‐16,3%. AnnĂ©e aprĂšs annĂ©e, ils sont contraints de s’éloigner d’une ville qui ne sait plus accueillir les familles modestes et ils ne reprĂ©sentent plus que 4,1% des acquisitions en 2020.

 

Dans la Capitale, les achats sont destinés à 60,8% à la résidence principale.

 

La part des acquisitions affectĂ©es Ă  la rĂ©sidence secondaire chute pour ne reprĂ©senter que 3,7% des transactions (les Ă©trangers notamment ne sont plus lĂ  pour dynamiser ce segment de marchĂ©) ; l’investissement locatif a, en revanche, le vent en poupe (31,1% des acquisitions) : il s’agit d’un niveau historiquement haut.

 

 

En Ile-de-France

« La hausse des prix est encore plus forte dans les départements franciliens soit +6,2% pour les maisons et +8% pour les appartements. »

 

Le prix moyen au mÂČ Ă©tablit un nouveau record : 3249€ le mÂČ pour une maison, 4357€ le mÂČ pour un appartement.

 

Cette hausse des prix n’est pas sans consĂ©quence sur l’activitĂ© qui recule plus fortement qu’à l’échelle nationale : ‐21,1% pour le segment des maisons et ‐25,6% pour celui des appartements.

 

Les montants moyens d’une acquisition dans la rĂ©gion francilienne n’ont jamais Ă©tĂ© aussi Ă©levĂ©s : 254 712€ pour un appartement, 362 802€ pour une maison.

A ces prix, toutes les familles ne peuvent pas acheter.

 

Parmi les acquĂ©reurs, la catĂ©gorie socioprofessionnelle des employĂ©s‐ouvriers accuse le coup et sa part baisse de ‐6,9%. Ce sont les cadres moyens, les cadres supĂ©rieurs et professions libĂ©rales qui sont Ă  la manoeuvre (reprĂ©sentant respectivement 38,2% et 15% des acquĂ©reurs) : certains ont choisi de quitter Paris pour trouver en 1Ăšre couronne une maison avec jardin qui leur ont tant manquĂ© durant le confinement. D’autres profitent de prix plus abordables qu’à Paris pour rĂ©aliser un investissement locatif : les transactions dĂ©diĂ©es au placement atteignent un niveau inĂ©galĂ© dans la rĂ©gion (23,9%) en hausse de +7,7% par rapport Ă  2019.

 

A l’échelle dĂ©partementale, la vente de maisons rĂ©siste relativement mieux dans le Val‐de‐Marne (‐11,9%) et le Val d’Oise (‐12,1%) qui voit arriver massivement les cadres moyens et cadres supĂ©rieurs (leur part augmente de +24,1% et +11,6% parmi les acquĂ©reurs).

 

Dans les régions

« Partout l’activitĂ© recule sauf dans deux rĂ©gions qui se distinguent en voyant les

ventes de maisons progresser : le Grand Est (+2,6%) et la Normandie (+6% !). »

 

Les prix augmentent dans toutes les rĂ©gions avec cependant de grandes variations allant de +0,7% pour les maisons en Auvergne‐RhĂŽne‐Alpes Ă  +10% pour les maisons dans les Pays de la Loire et en Bretagne.

 

Des diffĂ©rences notables s’observent Ă©galement sur le montant moyen d’une acquisition compris, pour un appartement, entre 114 394€ en moyenne dans les Hauts‐de‐France et 237 719€ en PACA (254 712€ en Ile‐de‐France). Une maison se vend quant Ă  elle entre 146 691€ en moyenne en Bourgogne‐Franche‐ComtĂ© et 471 324€ en Provence‐Alpes‐CĂŽte d’Azur.

 

 

Perpectives

« Partout l’activitĂ© recule sauf dans deux rĂ©gions qui se distinguent en voyant les

ventes de maisons progresser : le Grand Est (+2,6%) et la Normandie (+6% !). »

 

Les prix augmentent dans toutes les rĂ©gions avec cependant de grandes variations allant de +0,7% pour les maisons en Auvergne‐RhĂŽne‐Alpes Ă  +10% pour les maisons dans les Pays de la Loire et en Bretagne.

 

Des diffĂ©rences notables s’observent Ă©galement sur le montant moyen d’une acquisition compris, pour un appartement, entre 114 394€ en moyenne dans les Hauts‐de‐France et 237 719€ en PACA (254 712€ en Ile‐de‐France). Une maison se vend quant Ă  elle entre 146 691€ en moyenne en Bourgogne‐Franche‐ComtĂ© et 471 324€ en Provence‐Alpes‐CĂŽte d’Azur.

 

Laurent VIMONT
Président de Century 21 France



Suivez l'actualité immobiliÚre et rejoignez-nous
 
 
Notre actualité